Et nous voilà en 2020 ! Encore une nouvelle année, encore un univers de possibles qui s'ouvre à nous pour faire tourner ce monde un peu mieux ! 366 jours pour s'exercer à l'ouverture d'esprit, cette qualité si essentielle pour comprendre ce qui ne nous est pas familier, ce qui nous semble peu évident, ou même abrupt au premier abord. Et il nous en faut pour vivre, pour vivre pleinement. Au sein même de notre famille, avec nos proches car nous sommes déjà si différents, et plus encore avec nos voisins, les congénères de nos pays. Plus encore avec ceux qui sont d'un autre continent. Et plus encore avec ceux qui ne sont pas de notre espèce, voir même avec tout ce qui constitue notre univers. Cette ouverture d'esprit nous aiderait tellement à ne pas nous braquer, à ne pas nous fermer, à ne pas alimenter tous ces sentiments qui sont le fiel de notre existence : la haine, la jalousie, la colère, le mépris, l'orgueil, la vanité, la concupiscence, l'avidité. Avec un peu d'ouverture d'esprit en plus, nous gagnerions un peu de paix dans nos cœurs et notre esprit, de quoi apporter un peu plus de calme, de douceur, de soleil à ce qui nous entoure, à les diffuser, les infuser à cet univers dont nous faisons partie. Peut-être alors verrions nous qu'il est plus important de prendre soin de lui, plutôt que de privilégier notre « petit » univers étroit. Car au fond l'épanouissement de notre propre univers ne peut se faire totalement, pleinement, sans celui qui le contient par nature même. Une bonne bouteille n'efface pas les drames ni ne les occulte, mais avec du cœur elle peut nous rendre plus sensible, et, ressentant dans l'instant la beauté du monde nous pouvons nous ouvrir à sa fragilité, son caractère impermanent et fugace, et alors tout naturellement germe en nous le désir de le préserver et de le partager.