CRU BARREJATS EN MAGNUM 1996

Région

Bordeaux

Appellation

Sauternes

Couleur

moelleux

Millésime

1996

Label

AUCUN

Contenance

150cl

Un millésime au superbe botritys avec un caractère aérien.
« Non loin de Climens, sur une superficie qui, cette année, frisera les 4 ha, un couple de cinglés du vin, Mireille et Philippe, d’une exigence folle à la vigne comme à la cave, fait pâlir bien des vignerons en sortant des cuvées extrêmement soignées. Alors que le 95 est salué partout, nous sommes tombés en pâmoison devant la grâce, le grillé, la vivacité et le somptueux botrytis du 96. » Saveurs N°85. M. Smith, C. Flacelière
La finesse, la pureté aromatique et la profondeur de goût du difficile millésime 1994 stupéfient, le 1995 fait déjà date et le 1996 frôle l’anthologie. Les prix sont élevés, mais non spéculatifs, et complètement justifiés. » Meilleurs vins du Classement 2000 : Cru Barréjats Sauternes 1994 & 1996 Le Classement des Meilleurs Vins de France. Bettane & Desseauve (1999-2003)

Le millésime 1996 vu par Mireille Daret :
1996 : En juin, les conditions sont idéales pour une floraison de la vigne qui se fait de manière groupée, sous un magnifique et chaud soleil, jusqu’à 34°C, expliquant l’abondance ultérieure de la récolte. Eté sans particularité, chaud, quelques orages. Le mois de septembre est froid et sec les premiers quinze jours, la maturité progresse encore avant que les conditions ne soient propices au développement du botrytis durant la dernière quinzaine qui est pluvieuse. La botrytisation est très lente et continue durant tout le mois d’octobre, sous un beau temps sec.

Les vendanges sont donc étalées du 3 au 31 octobre : Chaque jour nous avons trié, grain à grain, sans relâche, à 14 personnes sur 2,7 hectares. Rendement exceptionnel, tout est relatif… de 17 hl/ha. Les arômes exotiques sont superbes sur nos moûts, et quand le vigneron récolte d’aussi beaux fruits, la vinification ne doit avoir q’un seul but : préserver cette expression aromatique pour ne mettre que des fruits en bouteille…

Le pressurage vertical hydraulique nous permet d’extraire sans triturage, en trois pressées très lentes jusqu’à midi le lendemain, tous les sucres et les arômes emprisonnés dans ces grains de raisin confits de Botrytis. Dès lors tout est joué : La qualité du Cru Barréjats, expression du terroir, du fruit et du Botrytis, se goûte dans les moûts qui coulent du pressoir !

Léger débourbage au froid, fermentations en barriques 100% neuves (Mercier, Seguin Moreau, Vicard), dans un chai dont nous contrôlons la température, arrêt des fermentations au froid ce qui permet de diminuer l’adjonction de soufre, traçage des barriques dans le chai afin de préserver leur identité le plus longtemps possible …Ainsi, nous avons choisi de mettre en bouteilles séparément, 3 barriques, les plus forts potentiels de la récolte, 25°, qui ont fermenté très lentement et ont atteint un équilibre différent du Cru Barréjats (14° + 90 g) au final : 13,5° + 190 g de sucres résiduels… pas chaptalisé bien évidemment !
L’élevage long mais simplissime , 32 mois en barriques neuves – merveilleux outil de vinification et non d’aromatisation – un minimum de SO2 et des conditions d’hygiène stricte lors de chaque soutirage annuel fait que le Cru Barréjats 1996 était exempt de levures et de bactéries viables avant la mise en bouteille. Comme pour le Cru Barréjats 1995, l’originalité de la vinification du Cru Barréjats 1996 est là : Une seule filtration très lâche lors de la mise. Le Cru Barréjats 1996 garde ainsi tout son fruit, toute sa richesse et sa complexité.
Nous avons mis en bouteilles le 1er juillet 1999 le Cru Barréjats 1996 : 3 500 bouteilles, 2 800 50cl et 100 magnums, et l’Insoumis de Barréjats : 1000 50cl.


CRU BARREJATS

Un millésime au superbe botritys avec un caractère aérien.
« Non loin de Climens, sur une superficie qui, cette année, frisera les 4 ha, un couple de cinglés du vin, Mireille et Philippe, d’une exigence folle à la vigne comme à la cave, fait pâlir bien des vignerons en sortant des cuvées extrêmement soignées. Alors que le 95 est salué partout, nous sommes tombés en pâmoison devant la grâce, le grillé, la vivacité et le somptueux botrytis du 96. » Saveurs N°85. M. Smith, C. Flacelière
La finesse, la pureté aromatique et la profondeur de goût du difficile millésime 1994 stupéfient, le 1995 fait déjà date et le 1996 frôle l’anthologie. Les prix sont élevés, mais non spéculatifs, et complètement justifiés. » Meilleurs vins du Classement 2000 : Cru Barréjats Sauternes 1994 & 1996 Le Classement des Meilleurs Vins de France. Bettane & Desseauve (1999-2003)

Le millésime 1996 vu par Mireille Daret :
1996 : En juin, les conditions sont idéales pour une floraison de la vigne qui se fait de manière groupée, sous un magnifique et chaud soleil, jusqu’à 34°C, expliquant l’abondance ultérieure de la récolte. Eté sans particularité, chaud, quelques orages. Le mois de septembre est froid et sec les premiers quinze jours, la maturité progresse encore avant que les conditions ne soient propices au développement du botrytis durant la dernière quinzaine qui est pluvieuse. La botrytisation est très lente et continue durant tout le mois d’octobre, sous un beau temps sec.

Les vendanges sont donc étalées du 3 au 31 octobre : Chaque jour nous avons trié, grain à grain, sans relâche, à 14 personnes sur 2,7 hectares. Rendement exceptionnel, tout est relatif… de 17 hl/ha. Les arômes exotiques sont superbes sur nos moûts, et quand le vigneron récolte d'aussi beaux fruits, la vinification ne doit avoir q'un seul but : préserver cette expression aromatique pour ne mettre que des fruits en bouteille...

Le pressurage vertical hydraulique nous permet d'extraire sans triturage, en trois pressées très lentes jusqu'à midi le lendemain, tous les sucres et les arômes emprisonnés dans ces grains de raisin confits de Botrytis. Dès lors tout est joué : La qualité du Cru Barréjats, expression du terroir, du fruit et du Botrytis, se goûte dans les moûts qui coulent du pressoir !

Léger débourbage au froid, fermentations en barriques 100% neuves (Mercier, Seguin Moreau, Vicard), dans un chai dont nous contrôlons la température, arrêt des fermentations au froid ce qui permet de diminuer l’adjonction de soufre, traçage des barriques dans le chai afin de préserver leur identité le plus longtemps possible …Ainsi, nous avons choisi de mettre en bouteilles séparément, 3 barriques, les plus forts potentiels de la récolte, 25°, qui ont fermenté très lentement et ont atteint un équilibre différent du Cru Barréjats (14° + 90 g) au final : 13,5° + 190 g de sucres résiduels… pas chaptalisé bien évidemment !
L'élevage long mais simplissime , 32 mois en barriques neuves - merveilleux outil de vinification et non d'aromatisation - un minimum de SO2 et des conditions d’hygiène stricte lors de chaque soutirage annuel fait que le Cru Barréjats 1996 était exempt de levures et de bactéries viables avant la mise en bouteille. Comme pour le Cru Barréjats 1995, l'originalité de la vinification du Cru Barréjats 1996 est là : Une seule filtration très lâche lors de la mise. Le Cru Barréjats 1996 garde ainsi tout son fruit, toute sa richesse et sa complexité.
Nous avons mis en bouteilles le 1er juillet 1999 le Cru Barréjats 1996 : 3 500 bouteilles, 2 800 50cl et 100 magnums, et l’Insoumis de Barréjats : 1000 50cl.
En savoir plus >

Autres produits du domaine CRU BARREJATS

Voir tous les vins du domaine >